dimanche 20 novembre 2016

Le rassemblement du Centre c'est maintenant



Francois Fillon a remporté le 1er tour de la primaire, félicitations au vainqueur.

Commençons par un point politique rapide:

Ce résultat signe d'abord et avant tout la défaite de Nicolas Sarkozy et sa sortie définitive de la politique (mais en politique....). Dans ce sillon, c'est la défaite d'une droite version décomplexée, identitaire et sécuritaire avec les scores au ras des pâquerettes des candidats Poisson et Copé.

Ensuite, une fois de plus, l'alliance "de la Droite et du Centre" déçoit parce qu'elle n'est pas comprise surtout dans une primaire... de la Droite et malgré une participation d'électeurs de Gauche et du Centre à hauteur de 15% chacun.

Enfin, le renouveau de Bruno ou la nouvelle France de Nathalie, n'ont absolument pas imprimé. Les électeurs ont clairement plébiscité l'expérience et sans doute une certaine vision classique de l'incarnation présidentielle.

Ce résultat d'abord inattendu, puis de plus en plus probable au fur et à mesure que le jour J approchait, c'est d'abord et avant tout la victoire d'une vraie idéologie. 

Une idéologie de droite ultra-libérale et conservatrice qui ne laisse aucun doute à la direction que le Président Fillon prendrait s'il était élu. Une ligne très "travail, famille, patrie".

Face à cette idéologie claire et précise, la gauche va maintenant avoir l'opportunité de choisir sa ligne entre une vraie gauche socialiste et la dynamique plus moderne et libérale d'Emmanuel Macron, s'il parvient à l'incarner. Sauront-ils se rassembler? Macron se soumettra-t-il à la primaire de la gauche en janvier? Quoi qu'il en soit, il ne faut pas oublier que l'élection de ce soir est celle d'un camp et qu'il ne fait donc face à aucune opposition. 

Vous me direz sans doute qu'il y a un second tour dans cette primaire et qu'Alain Juppé a encore une chance. Mais après les déclarations de ce soir, le soutien des sarkozystes et au contraire le soutien des centristes qui va maintenant peser sur les épaules d'Alain Juppé, je pense qu'il n'est pas déraisonnable d'écrire ce billet en se projetant vers une victoire de François Fillon.

Dans ce cas, face à une idéologie de droite dure et sans aucune obligation vis-à-vis de ce résultat, la candidature de François Fillon pour représenter la Droite devrait donner lieu à un rassemblement centriste historique sur la base d'une idéologie à son tour claire et précise, sans compromis et finalement indépendante.

L'espace politique est très mince, surtout en présence d'un Emmanuel Macron, mais nous venons de voir où la constance et le sérieux idéologique pouvaient mener les challengers.

Que fera François Bayrou, sera-t-il candidat? Que fera l'UDI? Qui portera le mieux nos idées?

Une fois de plus je vous dirai qu'il n'y a rien à attendre de personne, il nous faut participer proactivement à l'élaboration de l'idéologie centriste du XXIe siècle qui n'a jamais réussi à s'affirmer...jusqu'à présent.

jeudi 10 novembre 2016

Le cri des chuchoteurs

Donal Trump, 45e Président des Etats-Unis.

L'écrire et le lire ne me permettent pas encore d'y croire complètement, encore moins de l'accepter. Mais il faut pourtant s'y résoudre à condition de le faire de manière active. Mon point de vue est le suivant; celui d'un farouche démocrate, un social-liberal, français et européen, ayant vécu 8 ans aux États-Unis et largement américanophile. Je vous livre ces pensées telles quelles, sans recherche bibliographique complémentaire, et donc à la merci de quelques oublis ou approximations.



Une spirale infernale 

Il est très difficile de dire aujourd'hui "c'était evident, on le savait!", ou encore "c'est à cause de la politique des huit dernières années" d'un Président qui a tant réformé malgré les difficultés et qui part avec 56% d'opinions favorables. Mais ce résultat ne sort pas du chapeau non plus.

Il y a à mon avis deux lames de fond qui mènent le monde d'aujourd'hui :

  • l'exclusion d'une grande majorité de la population mondiale de notre système économique et leur sentiment d'abandon et de rejet des élites (corrompues)

  • le retour d'une idéologie sectaire de domination, conquête et destruction, l'islamisme radical, véritable nazisme du 21e siècle.

On voit ces deux idées évoquées au travers de mots si souvent dits et répétés: les effets pervers de la globalisation, et la menace de l'islam politique.

On y voit aussi des conséquences et réactions depuis plusieurs années: de "occupy wall street" à "nuit debout" sur le versant économique, et bien sûr la montée du terrorisme dans de nouvelles formes plus imprévisibles, plus proches de nous, plus meurtrières aussi avec la création de Daech pour la partie nouvelle idéologie dominatrice/destructrice. 

Le mélange des deux s'opère dans une spirale vicieuse qui s'auto-alimente, créée cette fameuse et profonde crise identitaire qui se caractérise par une recherche de sens, un retour aux sources, un fort conservatisme, une montée des communautarismes, une peur et une haine de l'autre, un repli sur soi. Cela donne lieu aussi à des mouvements politico-sociétaux notamment en France avec la manif pour tous et sens commun par exemple.

Deux éléments fondateurs 

Les États-Unis, temple du communautarisme mais que je qualifierai d'integré puisqu'il fait  intrinséquement parti de leur système de société, sont davantage habitués à se définir par rapport à la condition, la religion, l'origine de chacun. L'existence de ces groupes est donc moins surprenante.

Mais il y a deux éléments fondamentaux qui sont à la fois inoubliables et omniprésents, et pourtant qui ne me semblent pas avoir été beaucoup évoqués dans les commentaires que j'ai entendu hier dans le contexte de l'élection de Donald Trump: les attentants du 11 septembre  2001 (l'islam radical) et la crise financière de 2008 (la globalisation et les élites corrompues).

Petit à petit depuis 2001, nous avons vu l'action et le discours politique évoluer et tracer la voie de la présidence de Trump d'abord avec les guerres de Bush junior et la bêtise de ses interventions publiques, puis avec le Tea Party que les Republicans ont laissé s'installer en leur sein, et sa représente de 2008 Sarah Palin.

L'impact profond du 11 septembre et de la crise des supprimes ont donné naissance a cette majorité silencieuse et blessée qui a porté Trump au pouvoir.

Un analyste politique sur CNN donnait l'exemple d'un commerçant qu'il avait interrogé au sujet de ses clients et du vote Trump et qui avait répondu avec une expression imagée que j'ai trouvé remarquable "oh yes, we have many leaners". To lean signifie se pencher, et il qualifiait de "leaners" ces clients qui se penchaient vers lui au dessus du comptoir pour lui dire silencieusement "je pourrais bien voter Trump...".

La discrétion voire la honte de ces chuchoteurs s'est transformée en un cri puissant. 

Un jeu mondial de domino

Ce qui a été dit et répété dans les dernières heures et qui me semble tout à fait vrai, c'est que nous avons là un mouvement mondial qui prend différentes formes dans différents pays, et en particulier cette année avec le BREXIT et l'élection américaine. C'est très vraisemblablement l'expression d'une même voie.

Cette voie est portée par de nombreux leaders dans plusieurs pays, et devient de plus en plus visible pour avoir déjà bénéficié de victoires électorales locales ou nationales: Farage et UKIP au Royaume Uni, Petry et l'AfD en Allemagne, Le Pen et le FN/RBM en France. D'autres pays européens ne sont pas en reste avec Hofer en Autriche, Wilders en Hollande et Orban en Hongrie. 

Ajoutez à cela les leaders et régimes totalitaires assumés comme la Corée du Nord, ou se cachant derrière des non-dits comme la Chine ou la Russie, ou malheureusement dictature en devenir comme la Turquie d'Erdogan. Envisagez les tensions de voisinage en mer de Chine méridionale, entre l'Inde et le Pakistan, la Russie et l'Ukraine, et bien sûr entre Israel et Palestine, sans oublier les guerres parmi lesquellles la plus polarisante et destructive en Syrie... vous avez un mur de dominos qui ne demande qu'à s'écrouler.

Si le BREXIT et l'élection de Trump sont les reflets d'un même vote, nous devons maintenant veiller à enrayer la progression. La France est bien sûr une piece maîtresse dans cette cascade de dominos.

La situation que je viens de décrire de manière assez lapidaire et un peu simpliste, ne me semble pouvoir évoluer ou être contrôlée qu'à une seule condition: une Europe puissante et influente.

La France a un rôle majeur et absolument central à jouer, et les elections de 2017 lui donne une nouvelle responsabilité dans l'objectif de la construction de cette Europe Puissance. Les hasards du calendrier font que les élections fédérales en allemagne se tiendront aussi en 2017.

2017 sera donc l'année de tous les espoirs et de tous les dangers.

Ne nous pouvons pas échouer. 


mardi 25 octobre 2016

La Fachosphère

Source image: blog d'Eric Mettout

"Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l'expulser." Françoise Giroud, 1996

Il ne s'agit pas de faire peur, ni d'avoir peur, pas d'affolement mais pas de prise à la légère non plus. Pas de slogans, pas de réponses simplistes mais une mise en demeure systématique, organisée, puissante, collective. Si la Fachosphère prospère c'est sans doute qu'elle ne rencontre que très peu de résistance.

Il y a bien sûr bien plus que cela derrière leur succès: le travail qu'ils fournissent, l'efficacité de leur rhétorique - celle des complotistes - et bien sûr l'état de la France, le mal-être de nombreux français.

L'objectif du site Blogueurs Centristes est de donner plus de visibilité aux auteurs de sensibilité centriste en définissant mieux notre courant, nos idées et donc réussir à fédérer à notre tour une Centrosphère. Une des conséquences vertueuses doit être d'opposer une nouvelle force à la Fachosphère si bien nommée à travers d'autres média indépendants.

Ce travail est intense, fatigant et ne saurait donc être exclusif car il faudra rester lucide sur l'impact face à des acteurs habitués au trollisme et autres techniques caricaturales en tout genre.

A chaque opposition, nous entendrons les classiques "arrogance de classe", "pensée unique", "vérité cachée", "liberté d'expression", "répression et censure", tout ce qui permet de faire planer le doute autour d'un complot oligarchique contre la société dont tous les représentants, académiques, politiques, partis démocrates et républicains, sont les complices. La globalisation est à l'origine de tout cela, l'Europe et l'Euro en sont les instruments et tout le monde est pourri.

Ce qui rend la tâche encore plus difficile, c'est que tout n'est pas faux, il y a des exemples réels d'excès du libéralisme, du capitalisme, tant de manquements à la parole politique.

Mais tout ceci ne doit pas nous laisser sombrer dans cette escalade de peur et de ressentiments.
Le discours démocrate devra donc se faire plus direct, moins polissé, pour réel et réaliste, moins politiquement correct. Il nous faudra savoir utiliser les mots qui ne sentent pas le technocratisme à plein nez, et sans prendre les gens pour des imbéciles, redonner une vision claire, positive, concrète et pragmatique.

Enfin, être à l'écoute de manière active sera un point essentiel de notre démarche, et il faudra que cela se voit clairement. Beaucoup de monde à simplement besoin d'être entendu et de savoir fondamentalement que leur voix et leur opinion compte, et sert à quelquechose.

C'est bien ça, un monde de bisounours que je viens de décrire et qui nous sera reproché. Pourtant, il y a des évidences et des comportements qui sont simples et peuvent servir de guide à notre action.

Commençons par dire ce que l'on fait, et faire ce que l'on dit.


Pour plus d'informations, l'article "Fachosphère: arme d'intoxication massive" dans Libération fait le point

dimanche 23 octobre 2016

Quand Sarkozy pleurniche

Ce sont les derniers soubresauts d'un corps à l'article de la mort politique. La fin d'une espèce parasite qui a fait bien du mal au pays.

Le plus frappant dans l'attaque en règle des sarkozystes contre François Bayrou?

Le caractère trépignant, voire "trépugnant", digne du gamin gâté, frustré et désespéré qui déploie des monuments de mauvaise foi parce qu'il n'admet pas avoir mal joué, parce qu'il refuse de perdre, parce ce que "c'est pas juste, il a triché!".

Comme Obama l'a récemment dit un Trump "arrête de pleurnicher!", et Sarkozy pourrait se l'appliquer.

Mais il y a un autre élément frappant à la lecture des signataires de cet appel: la liste des signataires en elle même! Pour le militant centriste que je suis, pour la personne engagée dans un objectif de politique autrement, c'est une véritable validation de l'action que nous sommes en train de mener.

Il ne pouvait pas y avoir de meilleure liste de ceux que nous souhaiterions voir simplement quitter la politique, à quelques exceptions prêts: je suis déçu par Baroin, Chatel, Daubresse... que j'avais peut-être mal jugé, mais voir figurer Ciotti, Darmanin, Estrosi, Dati, Jacob, Leroy, Sauvadet, Wauquiez, Woerth et plus loin Ceccaldi, Courtial, Dassault, Douillet (quel dommage...), Goasguen, Guirous (faisons-lui plaisir en la citant), Habib (!!!!), Hortefeux, Karoutchi...

Il ne manque que Balkani et pour les raisons que l'on sait, Morano, Copé, Guéant et Guaino pour compléter la liste des ignobles de la politique de droite.

Alors l'appel pour une véritable alternance tombe bien en particulier pour ceux qui prônent une véritable alternative!

Oh bien sur, ça ne sera toujours pas le cas avec Juppé, mais il est tout à fait possible que le Centre puisse avoir un rôle plus direct à jouer et se mettre enfin en condition de rassemblement et de construction unie et indépendante.

Le jeu en vaut la chandelle.




Mise à jour: réaction en règle du MoDem sur les réseaux sociaux avec le hashtag #165contre1, effet boomerang pour les sarkozystes. Petites contributions à ce mouvement




lundi 3 octobre 2016

Blogueurs Centristes

Des années qui l'idée mûrie, et puis un jour on ne peut plus attendre, il faut passer à l'action.
César Borgia - L'Hérétique est un peu le père spirituel de tous les blogueurs centristes et avait déjà répertorié les Blogs naissant et disparaissant de la centrosphère. David Guillerm est passé à l'étape d'après en créant le très ingénieux Lab Démocrate pour regrouper les flux RSS des Blogs MoDem, nous vous encourageons à le suivre sur Twitter. Récemment, Philippe Dervaux sur le site de son think tank L'Alternative Crédible a mis à disposition un répertoire des Blogs et sites centristes de France montrant ainsi une nouvelle fois le potentiel de collaboration et d'impact.

Blogueurs Centristes

Blogueurs Centristes s'est donc inspiré de tous ces acteurs engagés pour poser les bases de son projet et le développement de sa plateforme collaborative. Les objectifs sont simples:
  1. Réunir les blogueurs centristes
  2. Encourager le dialogue et collaborations entre blogueurs
  3. Donner de la visibilité à la centrosphère
Les idées ont la peau dure
Quel que soit le nom que l’on donne au centre ou aux partis qui s’en réclament, son corpus idéologique et sa volonté de “politique autrement” ne s’éteignent pas.
Au delà des leaders politiques ou des partis, nous nous reconnaissons dans ce courant, et souhaitons le protéger, le développer, le clarifier, le crédibiliser et le légitimer aux yeux de nos concitoyens en nous concentrant sur le fond, le dialogue, la visibilité et l’action. Les batailles de chapelles ne nous intéressent pas, nous sommes pragmatiques, indépendants, et unis.
L'élection présidentielle qui se prépare ne laisse pas présager de place aux idées du Centre et à la politique autrement. Bien au contraire, elle prend déjà la direction d'une bataille de styles, d'invectives, d'escalades verbales en tout genre, un horrible sentiment de déjà-vu.
Dans ce contexte et bien au delà de cette élection, nous voulons être le porte-voix des citoyens qui se reconnaissent dans le courant centriste, le veulent indépendant et rassemblé, et sont prêts à écrire fort pour y arriver.
Vous avez un blog (centriste)? Vous n'en avez pas mais en avez toujours voulu? Vous n'écrivez pas de billets mais donnez plutôt votre avis sur les réseaux sociaux?
Rejoignez-nous!
@blogcentristes
www.blogueurscentristes.fr 





mardi 27 septembre 2016

Message à Alexandre Vatimbella

Cher Alexandre Vatimbella,

Je vous lis souvent et partage avec vous le combat pour le centrisme comme courant politique légitime, reconnu, important, compris, majoritaire. 

Je pense que nous le concevons un peu différemment (je ne suis pas fan du terme "juste équilibre") et n'avons pas fait le même choix militant étant donné que j'adhère au MoDem. 

A ce titre, je ne suis pas toujours d'accord avec Francois Bayrou, et l'ai souvent exprimé en interne ou sur ce blog. Cependant, je ne comprends pas dans votre récent billet "Quand il parle de Juppé, Bayrou parle en réalité de lui" pourquoi vous mettez votre analyse sur le ton de la psychanalyse et pourquoi vous estimez que la situation est un jeu de dupe, pensant apparemment que les militants ne comprennent rien à ce qui se passe.

La décision "soit c'est Juppé soit j'y vais" nous paraît très claire et n'est en aucun cas une tromperie. 

Les raisons de ce choix sont aussi clairs, et donc compris dans le contexte actuel, même si tout le monde au MoDem n'ira pas activement soutenir ou voter pour Juppé - ce sera par exemple mon cas ne souhaitant pas participer à cette primaire qui se revendique faussement du centre et sélectionner le champion d'un parti politique qui n'est pas le mien.

Le fait que nous préférerions une candidature centriste indépendante est également certain dans le meilleur des mondes. 

Enfin, le soutien de Bayrou à Juppé est évidemment justifié par des grands principes communs: ca n'est donc pas que Bayrou parle de lui quand il parle de Juppé, c'est simplement qu'il choisi de mettre en exergue les traits et idées de Juppé qui correspondent aux siennes et justifient son soutien! 

Est-ce que Bayrou a des éléments de programme en parallèle? Heureusement! C'est le contraire qui serait inquiétant! Pour une fois d'ailleurs plusieurs groupes de militants vont travailler sur des idées et propositions pour le MoDem, ce qui est une avancée.

Je pense qu'il est contre-productif de toujours tout mettre en doute comme s'il y avait un complot derrière, une vérité cachée qui justifierait un besoin de décoder les discours. Dans ce cas, nous pouvons être d'accord ou pas, mais la stratégie est claire et annoncée. 

La critique est essentielle, mais il me semble important qu'elle ne soit pas contre-productive ou un peu tirée par les cheveux.

Il faut challenger nos leaders centristes pour qu'ils sortent de leur guerre d'égos, de leur pré carré et  petites chapelles plus ou moins historiques, et je l'ai fait aussi notamment en essayant de soutenir une pétition pour un rassemblement centriste et très bientot en créant "BlogueursCentristes.fr", la première plateforme de rassemblement des blogueurs du Centre à laquelle vous êtes d'ailleurs cordialement invité à participer, ou avec laquelle je vous invite à collaborer.

Car le centrisme commence aussi avec nous. Il est de notre responsabilité de centriste d'oeuvrer nous aussi pour son rassemblement, chacun à son niveau, chacun avec ses armes. Vous en avez une puissante, pourquoi ne pas la rendre encore plus fédératrice et rassembleuse?

Salutations centristes,

Olivier 


lundi 15 août 2016

Débats sur l'anti-terrorisme: prenons de la hauteur!

Alors voilà. Une fois de plus je parle d'un sujet dont je ne suis pas expert, une fois de plus j'écris sur la base de ce que je lis et comprends, encore une fois il y a sans doute des erreurs dans ce que je dis, de la désinformation, de la mauvaise compréhension, le propre d'un citoyen qui parle aux citoyens.