dimanche 24 mai 2015

Le centrisme sans parti

Le centre est une conviction, pas une hésitation. C'est une position sur l'échiquier politique, mais aussi une idéologie au sens propre du terme* - un système d'idées.

Quand je m'intéresse à l'histoire de l'UDF, aux tentatives du MoDem - sans hésitation les plus déterminées, et c'est pour cela que j'y suis encore - et aux activités de l'UDI, je me dis que tout cela n'est pas assez.

Pas assez courageux, pas assez réfléchi, pas assez volontaire.

Le courage serait de se détacher beaucoup plus significativement de la gauche et surtout maintenant la droite car l'UDI fait gravement pencher la balance.

La réflexion serait d'avoir des propositions claires et une organisation beaucoup mieux huilée.

La volonté serait d'unir le centre une fois pour toutes, de mettre fin aux chapelles et de s'atteler à former les leaders de demain.

Mais rien n'y fait, et la caravane passe.

Je dois reconnaitre que je vois beaucoup d'efforts du coté du MoDem en ce moment dans la préparation des Régionales 2015, mais l'UDI vient maintenant brouiller les cartes comme en témoigne l'article ci-dessous. En Rhône-Alpes-Auvergne, l'UDI et le MoDem ont une belle opportunité de se rassembler autour de Michel Barnier face à Laurent Wauquiez. L'UDI semble jeter l'éponge dans cette région, et peut-être même plus si on en croit cet article de Lyon Mag.

Attention à ne pas croire tout ce qu'il y a dans les journaux, mais il n'y a pas de fumée sans feu etc...

Même certains de mes amis centristes continuent de me dire que mon centre uni et indépendant est une chimère, et pourtant c'est bien la seule option qui n'ait jamais été essayée. Le Centre-Droit, le Centre à Droite... fait, défait et refait.

Je pense que les difficultés du centre viennent exactement du fait que personne, sauf François Bayrou, n'ait eu le courage de faire ce pas. On peut lui reprocher de s'être isolé ou bien on peut voir la situation d'un autre angle et reprocher à d'autres de ne pas avoir eu le courage de le rejoindre même s'il s'agissait de remettre en question son leadership au sein d'un même parti.

La priorité donnée à l'intérêt individuel avant l'intérêt général fait que le choix de plus de sécurité électorale (s'allier à l'UMP pour obtenir des sièges) a été favorisé à l'UDI par rapport à celui des convictions politiques.

Ainsi, je commence à me demander si la réunion de la base, des militants, a besoin de celle des partis politiques. Nous sommes un pays riche de ses associations, groupes de réflexion, et nous réunir pour pouvoir peser n'a pas besoin d'attendre qu'un grand parti du centre voit le jour.

Philippe Dervaux, militant UDI à Paris, semble suivre ce raisonnement avec la création de son think tank l'Alternative Crédible. C'est une démarche tout à fait encourageante que celle de réfléchir ensemble, publier, et enfin porter les idées au sein de l'UDI.

Avec ce blog, et au sein de la FFE-MoDem, j'essaye aussi de faire un peu la même chose. En étant au Conseil National du MoDem on peut s'exprimer. Enfin l'appel au rassemblement du centre a obtenu plus de 200 signatures. J'espère que nous pourrons atteindre les 300, mais quoi qu'il arrive nous allons transformer cet essai en proposant aux signataires de garder contact online mais aussi offline dans la vraie vie pour ceux qui sont proches.

Enfin, il y a un autre projet dans les tuyaux, nous aurons largement l'occasion d'en reparler...

Restons dans nos partis politiques pour continuer le combat électoral, mais poursuivons le travail de fond et l'effort de rassemblement militant et même plus largement, citoyen!

Mark Twain le dit mieux que tous: on ne lâche rien!




* Idéologie (Larousse): Système d'idées générales constituant un corps de doctrine philosophique et politique à la base d'un comportement individuel ou collectif

dimanche 17 mai 2015

La majorité des Français veut une alternative!



"On les dit tentés par le populisme ? Et si en réalité, les Français étaient avant tout demandeurs de renouveau ?" dit un sondage récemment publié dans Marianne.

C'est exactement ce que l'appel "L'Alternative Indépendante pour un rassemblement des centristes" leur propose. Alors continuons, nous avons choisi un combat juste, il sera par conséquent long et difficile.

Mais si le centre continue à correspondre, dans l’esprit des citoyens et de certains politiques, à une dispersion des votes de droite, nous ne pourrons exister que par défaut, de manière ponctuelle, en fonction du succès ou des échecs des uns et des autres. D’autre part, nous ne pouvons et ne devons pas porter sur nos épaules la responsabilité de la montée du FN en faisant des alliances de circonstance pour leur faire barrage.

Ne nous résignons pas, ne lâchons rien, les leaders du centre nous écoutent et voudront être certains de pouvoir compter sur un soutien aussi large que motivé.

A nous de jouer!




dimanche 10 mai 2015

20 jours: appel au rassemblement des centristes

20 jours - Bilan provisoire de l'appel au rassemblement des centristes: 193 signatures, ca n'est pas le Nirvana et croyez-moi j'en prends bien acte.

Il y a la méthode et le fond: cette pétition nécessitait un travail préliminaire de rassemblement (paradoxalement) et n'aurait pas dû être publiée ici si rapidement, j'ai été pris de vitesse et aurais dû ralentir. Ceci dit, ça n'est pas une excuse suffisante pour expliquer la lente progression. Il faut donc s'intéresser au fond. Elle ne convient pas à beaucoup (bien que le texte ait été modifié sur demandes spécifiques) parce qu'elle va trop loin pour beaucoup, ou que l'action en elle-même effraye certains qui ne veulent pas froisser les états majors des partis, ou d'autres qui ne sont pas d'accord avec la place d'une virgule, sans compter ceux qui auraient peut-être préféré que cela vienne d'eux - mais l'idéal aurait été d'avoir un groupe comme celui-ci derriere ce projet.

Oui, c'est décevant, mais aussi encourageant! Car 193 personnes n'est pas rien, et les 61 commentaires qui ont été ajoutés (je vous conseille de les lire) sont très déterminés!

Il est donc HORS DE QUESTION de laisser tomber ceux qui ont fait ce pas, ce simple effort de dire "ça suffit! Courage! Allons-y! Qu'est ce qu'on attend!", mais j'ai aussi compris qu'un groupe Facebook de 1600 ne sert à rien en terme de mobilisation concrète. Il faut donc que cet appel serve d'abord à réunir ceux qui sont vraiment motivés pour agir, pour créer une petite unité de combat centriste et réflechir sur le fond (les idées) et la forme (les actions), pour sortir de Facebook, ajouter d'autres canaux et bien sur être dans le réel, puis y revenir avec de nouvelles forces car cela reste une formidable plateforme d'accélération.

Ce bilan est provisoire et cet appel continue à réunir les centristes et à permettre la création d'une base solide.

On ne lâche rien!

SIGNEZ L'APPEL AU RASSEMBLEMENT

jeudi 30 avril 2015

QU'EN PENSEZ-VOUS? La position du MoDem aux élections régionales



Une idée de ce que la position du MoDem pourrait être pour les Régionales:

1. Nous présenterons des listes centristes dans toutes les régions soit seuls, avec l'UDI ou d'autres formations centristes et citoyennes

2. Nous ne ferons aucune alliance de deuxième tour avec des équipes se réclamant du FdG, PS ou de la majorité présidentielle, et considérerons celles avec les candidats UDI et/ou UMP en fonction des projets et des personnalités - se distinguant clairement des idées de la droite forte ou nationaliste et anti-européenne.

QU'EN PENSEZ-VOUS?




jeudi 23 avril 2015

François Bayrou nous envoie un message!

Invité de Bruce Toussaint sur iTélé hier, François Bayrou a déclaré « si vous me demandez s’il y a besoin de redessiner le paysage politique français oui, de toutes mes forces, oui ! »

Un peu plus tard sur RMC dans le Grand Oral des Grandes Gueules il disait « Les électeurs jugent différemment l’appel à l’union quand on vous dit c’est un appel à l’union pour battre les autres ou c’est un appel a l’union pour trouver un autre avenir. »
Il ajoutait aussi, répondant à une question sur l’Alternative « si on veut qu’il y ait un centre en France, ce qui pour moi est une nécessite absolue […] il faut qu’il y ait cette unification et je vous dis qu’elle aura lieu. Je ne sais pas quand, mais je suis sûr qu’elle aura lieu. »

Merci pour votre message direct Monsieur Bayrou !

En même temps, le ton monte entre l’UDI et l’UMP au sujet des alliances pour les élections régionales à cause de la candidature de Chantal Jouanno en Ile de France face à Valérie Pécresse, et un article d’Europe1.fr titrait « Régionales : l’UMP et l’UDI au bord de la rupture.» Une opportunité évidente pour Yann Wehrling, Porte Parole du MoDem et chef de file pour l'IdF, d'associer sa sensibilité écologiste avec celle de Chantal Jouanno pour cette campagne.
Pendant ce temps, dans la région Centre-Val de Loire, Marc Fesneau, Secrétaire Général du MoDem, était désigné chef de file pour ces mêmes élections régionales par une centaine de militants. En face, un accord UDI-UMP Vigier-Peltier semble malheureusement être un exemple type d’alliance contre nature avec un des leaders de la droite forte…

Deux simples jours d’actualité qui nous montrent l’importance de notre mobilisation. Celle-ci doit se poursuivre, être sans faille et surtout sans attendre. Certains angles de ce texte ont été arrondis pour que plus de gens s’y retrouvent.

Partageons, discutons, signons.

Nous devons donner à nos leaders les raisons d’y croire : le rassemblement du centre passe par nous.

Courage, confiance, nous y arriverons !

SIGNEZ L'APPEL AU RASSEMBLEMENT DES CENTRISTES
 

dimanche 19 avril 2015

PETITION: pour le rassemblement des centristes!


Bonjour à tous et à toutes.

L'alternative indépendante est une force dont la France a besoin.

C’est une force unique et libre qui peut s'épanouir au centre de l'échiquier politique, et qui doit s’émanciper à partir de l'alliance du MoDem et de l’UDI.

Le centre doit être une conviction, pas une hésitation. Cette conviction est la volonté inébranlable de créer un nouveau courant politique, une troisième voie républicaine, qui redonne ses lettres de noblesse à l’action publique. Une voie qui repose sur un projet solide, des idées fortes, et pas simplement parce que les partis en place ne nous conviennent pas.

Cet appel demande aux Présidents du MoDem et de l'UDI un changement courageux pour s'engager ensemble à considérer les principes et étapes suivantes qui seront discutés avec les adhérents:

- Relancer “l’Alternative” et créer un nouveau “shadow cabinet” avec des membres du MoDem, de l’UDI et de la société civile

- Présenter des candidats indépendants aux élections - encourager les alliances MoDem-UDI

- Ne pas participer à la primaire de l’UMP et organiser une primaire du centre MoDem-UDI éventuellement ouverte à des personalités indépendantes, sans-étiquette

- Développer, de manière participative, un programme commun pour le redressement de la France

Il ne s’agit donc pas de demander une fusion simple et immédiate, mais de mettre en place les conditions d’une collaboration pour préparer ensemble les élections régionales de 2015, un programme à 10 ans pour la France, et les échéances électorales de 2017. Il sera ensuite temps de faire le point sur la réussite de cette entreprise – ce contrat pour 2 ans.

Si le centre continue à correspondre, dans l’esprit des citoyens et de certains politiques, à une dispersion des votes de droite, nous ne pourrons exister que par défaut, de manière ponctuelle, en fonction du succès ou des échecs des uns et des autres. D’autre part, nous ne pouvons et ne devons pas porter sur nos épaules la responsabilité de la montée du FN en faisant des alliances de circonstance pour leur faire barrage.

Nous affirmons qu'il n'y a qu'un centre possible, ni centre-droit, ni centre-gauche: au centre.

Vous trouverez ci-dessous la lettre en entier. Signez, soutenez, manifestez-vous! Si vous doutez de l'impact possible, pensez au dialogue que le succès d'une telle pétition pourrait engendrer. Unissons nos voix pour qu'elles portent le message du courage et du changement.

Merci.

SIGNEZ ET PARTAGEZ LA PETITION


dimanche 12 avril 2015

La mission du Centre dans la refonte du paysage politique français

Les sondages et les études se répètent et nous montrent que les français se répartissent d'eux-mêmes sur l’ensemble de l’axe gauche-droite (pas seulement à gauche et à droite), et que le manque de nuance dans la façon dont ils sont représentés, alternance entre deux partis, pose un vrai problème démocratique.

Les proportions sont aussi relativement constantes, on pourrait résumer en moyenne mais en gardant le score de l’extrême droite à la hauteur des derniers estimations qui reflètent mieux la tendance actuelle (les sondages suivants ont été utilisés pour obtenir ces chiffres: Sondage Ipsos 2014 et Sondage CSA 2014):


  • Extreme gauche: 4%
  • Gauche: 24%
  • Centre: 13%
  • Droite: 22%
  • Extreme droite: 9%
  • Ni, ni, ni: 28%

Ainsi, le potentiel du centre et les démonstrations électorales récentes du FN me paraissent clairement démontrer que la bipolarité de nos institutions ne signifie pas pour autant bipartisme et qu’une troisième voie, voire une quatrième, pourrait être souhaitée par les Français.

Quels seraient alors les scenarii de l’organisation du paysage politique du pays? Quel rôle pour le centre?

Ce qui suit sera forcément un peu schématique et ne saurait précisément refléter toutes les situations ou différentes élections, mais a pour but de comparer les dynamiques caractéristiques de chaque époque et de se projeter vers le futur:
  • 1978-2002 - la quadrille bipolaire: le nom donné au système des années 70-80 quand le PC, le PS, l’UDF et le RPR faisaient environ 20% chacun aux élections et se retrouvaient dans des alliances gauche-droite classiques. 
  • 2002-2012 - le bipartisme: la “victoire” du PS sur le PC à gauche et la création de l’UMP rassemblant le RPR et une bonne partie de l’UDF a fait entrer la France dans un cycle de forte domination de ces deux partis, s’échangeant le pouvoir à tour de rôle et pratiquant une opposition quasi systématique. 
  • Depuis 2012 - le tripartisme: la tendance actuelle avec la montée du FN qui semble avoir imposé, pour un temps, sa version de la troisième voie et met à mal les duels généralement attendus entre le PS et l’UMP. Il faut aussi noter le risque apparent que cela représente notamment pour le centre a qui l’on demande de faire alliance au nom de l’esprit Républicain. C'est ce qui semble se passer en ce moment avec le PS, l’UMP et le FN c’est à dire un grand parti à gauche et deux à droite 
  • L'Union du centre: si le MoDem et l'UDI s'unissent et deviennent assez forts pour attirer les ailes droite et gauche du PS et de l’UMP dans un grand rassemblement (que souhaiterait François Bayrou), ceci formerait une gauche dure avec le FdG et les dits frondeurs du PS, un centre large et une droite Gaulliste qui subsisterait sans doute, et une droite dure avec le FN et la droite forte. 
  • Futur - la quadrille idéologique: une notion encore abstraite mais qui semble pourtant la plus juste tant nous voyons que les regroupements à gauche ou à droite se font souvent au prix de compromis idéologiques qui finissent souvent par être trop lourd voire complétement illogiques au sein du même camp. On pourrait ainsi voir apparaitre quatre courants à partir de ceux décrits ci dessus: 
    • socialiste eurosceptique 
    • social-démocrate ou social-libéral pro-européen (tendance Europe fédérale)
    • conservateur pro-européen (tendance Europe des nations)
    • nationaliste anti-européen
De réelles options existes pour le centre s'il reste indépendant et parvient à s'unir. C'est en ce sens qu'un centre fort sera utile pour la France et pour l'Europe, au delà même du calcul politique: lui seul permettra d'amorcer le réel regroupement idéologique nécessaire pour mettre fin aux atermoiements des partis actuels qui, même au pouvoir, ne parviennent plus à prendre les décisions qui s'imposent et respecter leur parole électorale.

Les Français méritent cette clarté, cette vérité politique qui laissera place à un débat idéologique plutôt qu'aux petites querelles politicardes auxquelles nous sommes maintenant trop habitués et qui dégoutent tant de nos compatriotes (les abstentionnistes en premier lieu bien sûr).

C'est donc plus qu'une option qui existe pour le centre, c'est une mission pour notre pays.

Pour la France et l'Europe de demain: le Centre Uni et (réellement) Indépendant.