lundi 15 août 2016

Débats sur l'anti-terrorisme: prenons de la hauteur!

Alors voilà. Une fois de plus je parle d'un sujet dont je ne suis pas expert, une fois de plus j'écris sur la base de ce que je lis et comprends, encore une fois il y a sans doute des erreurs dans ce que je dis, de la désinformation, de la mauvaise compréhension, le propre d'un citoyen qui parle aux citoyens.

Ceci témoigne aussi d'un besoin réel d'une vraie pédagogie proactive, honnête, complète et transparente, plutôt que les petites phrases, postures et marottes du moment comme nous les livrent nos responsables politiques.

Nous avons eu l'état d'urgence, la déchéance de la nationalité, les migrants, un peu d'infos sur les interventions militaires, et maintenant "l'Islam de France". Tout cela est sans doute juste, mais toujours développé de manière polémique, bassement politique et partisane. Hollande, Valls, Sarkozy, Juppé, Le Pen, puis Estrosi, ou encore Piétrasanta se paraphrasent, se surenchèrent, s'opposent sans relâche.

Pourtant quand on y regarde de plus près, sauf pour ceux dont l'exagération est le fond de commerce comme avec le "test de radicalisation" au collège de Geoffroy Didier, les propositions des uns et des autres se recoupent ce qui est une bonne chose mais demande donc une action immédiate. Il me semble que certaines idées existent déjà dans les faits, à quelques nuances prêts, et que pour le reste ce que dit Alain Juppé par exemple n'est pas si différent de ce que veut faire le gouvernement. Pourtant, le député PS Sébastien Piétrasanta, auteur d'un rapport sur la déradicalisation que je n'ai pas encore lu, s'est empressé de le moquer en publiant sur Twitter "C est d'un creux ! Aucune proposition concrète. @alainjuppe aurait du rajouter en 7 la paix dans le monde..."

En regardant les propositions d'Alain Juppé, on ne peut pas s'empêcher de comprendre la sortie du député PS, c'est en effet un peu téléphoné, avec sans doute des points qui ne sont pas très innovants comme une meilleure intégration du renseignement territorial, national et européen (valable pour tout dans notre société...). C'est un lieu commun, faisons-le!


Alors en tant que citoyen non-spécialiste, voilà ce que je relève et voudrais entendre. Quelqu'un qui nous explique enfin les tenants et les aboutissants, le pourquoi du comment, et prenne le problème dans sa totalité. Le terrorisme et cette guerre ne sont pas chaque petit point, ou sujet pris isolément du reste. C'est une question judiciaire, militaire, sociale, religieuse, migratoire, diplomatique et bien plus sans doute.

C'est tout cela qu'un plan contre terrorisme devrait comporter, et voici donc quelques sujets rapidement (trop rapidement) posés sur le papier afin d'illustrer ce que je viens dire et ne pas faire un simple message de "ca ne va pas il faut faire mieux".

La guerre contre le terrorisme, c'est au moins tout ça:

  • La guerre en Syrie, toutes les guerres et les zones instables qui favorisent l'émancipation de Daesh - état des lieux sur l'effort diplomatique et les contrôles militaires en collaboration avec les armées locales quand elles peuvent être alliées
  • Le conflit armé dans les zones contrôlées par Daesh - quelles avancées? Comment continuer l'effort militaire pour les déloger?
  • La guerre au financement, le pétrole, les trafiques et surtout le rôle obscur de l'Arabie Saoudite et du Qatar en particulier - amplifier nos efforts, enquêtes et revoir nos relations avec ces pays; jusqu'où pouvons-nous fermer les yeux?
  • L'aide humanitaire et au développement de pays d'Afrique et du Moyen-Orient - ne pas lâcher ou désinvestir pour cause de maîtrise des dépenses, l'UE doit prendre sa part à défaut d'avoir une défense intégrée
  • Les lois sécuritaires - il me semble que nous avons l'arsenal législatif et juridique nécessaire mais il faut veiller à son application, pas grand chose de plus à faire voter, il faut aussi protéger l'Etat de droit
  • Les sources de radicalisation en France, les prisons, les banlieues, les associations, les mosquées, Internet et autres... - il ne faut pas se voiler la face de peur de se faire traiter d'islamophobe mais il faut évidement nous protéger des généralités imbéciles. Quoi qu'il en soit, il faut des actions précises pour chaque sujet évoqué, par exemple pour les mosquées, c'est la fameuse discussion sur l'Islam en France, son organisation, sa représentativité, son financement - continuer à avancer mais assurer une sérénité au débat. Il faut la même chose pour les autres, réforme pénitencière etc... 
  • L'immigration et les migrants - bien sûr ne pas tomber dans le lien automatique entre immigration passée ou actuelle, migrants et terrorisme, mais il faut adresser le point et notamment celui des migrants qui peut servir de filière d'entrée aux djihadistes. Il faut absolument faire preuve d'humanité et sauver ceux qui sont en difficulté MAIS il faut aussi clarifier ce que l'on dit quand il s'agit d'accepter 10000 migrants par exemple: que se passe-t-il après la guerre? Repartent-ils, deviennent-il français ou restent-il étrangers?
  • Le discours - c'est bien de reconnaître que nous sommes en guerre, mais il faudrait faire un effort pour définir l'ennemi et les causes de la guerre. Le discours politique est très important pour l'équilibre du pays, et malgré les armées de communicants, il semble toujours que l'on en arrive à ce qui est le plus polémique et divisif. Pourquoi font-ils ce qu'ils font? La religion ? Je pense que comme d'habitude, quand nous serons dans l'histoire, on retrouvera le mélange classique de pouvoir/puissance, argent, haine et folie meurtrière - l'apologie et le plaisir de la violence. L'ennemi c'est celui qui a déclaré la guerre au mode de vie occidental; qui utilise la religion comme cause; le terrorisme, la peur et la menace comme moyens et la crise identitaire, la non-intégration et le mal-être social comme terreau et comme fuel directement dans nos pays. Le tout avec une propagande XXIe siècle qui rend leur action moderne, attirante, excitante, virale. Une raison de vivre et de mourir.

C'est incomplet, c'est approximatif, voire faux à certains endroits? Mais fait par un blogueur en 30 minutes.

Sommes-nous en droit d'attendre la même chose en BEAUCOUP mieux de la part de nos dirigeants ET responsables politiques? C'est leur obligation, et c'est urgent.


COMPLEMENT: à peine publié, alors que je cherchais une photo pour illustrer ce billet sur les réseaux sociaux, je trouve www.stop-djihadisme.gouv.fr. Un effort qui va clairement dans le bon sens.


mardi 9 août 2016

Vers un nouvel échiquier politique en France: le bipartisme souspression

Tout le monde s'accorde à le dire, la France est mûre pour une transformation politique non seulement sur le fond mais aussi en terme d'alignement des forces partisanes. J'ai déjà écrit sur ce sujet, notamment en faisant des analyses de sondages sur l'auto positionnement politique des français, et ceci n'est qu'une mise à jour avec quelques précisions, la base de la réflexion restant inchangée.

lundi 8 août 2016

A quelle idéologie correspond l'humanisme politique?

L'humanisme est une philosophie qui met l'homme au centre de toutes les préoccupations. L'homme au centre requiert la défense de toutes les libertés individuelles dans un cadre collectif de responsabilité des uns envers les autres.

lundi 1 août 2016

Le blues du militant

Ca fait quelques mois que j'ai une panne de clavier, le syndrome du billet blanc, je ne parviens plus à donner assez de temps à l'engagement politique et quand j'essaye de collaborer pour partager la tâche ca n'avance pas toujours parce que chacun à autre chose à faire.

dimanche 10 avril 2016

Macron en marche... arrière

Pour vivre heureux, vivons cachés...

Ce nouveau billet ne sera pas riche en mots, car je suis déçu.

dimanche 20 mars 2016

L'UDI a voté






Les résultats sont tombés, l'UDI ne participera pas à la primaire de la droite... pour l'instant. Voici donc une rapide analyse personnelle:


dimanche 6 mars 2016

Les Républicains sont la gangrène de l'Amérique

Il y a tellement de façon d'écrire ce billet! Parler des primaires? Parler des années Bush? Parler des déclarations les plus folles des leaders du Grand Old Party (GOP) ces dix dernières années? Parler du Tea Party, la "Droite Forte" des Republicans?